CHENAUD Jean Hippolyte (1870–1965)

 Catégorie: Lettre C

Mis à jour le : 24/06/2022

Jean Hippolyte CHENAUD

Hippolyte CHENAUD

1870 – 1965

entrepreneur de maçonnerie et detravaux publics

 

né au Picq (Royère)

le 8 octobre 1870

fils de

Jean-Baptiste CHENAUD, maçon

Marguerite Virginie MARTINAUD, cultivatrice

En 1887, ►Hippolyte, maçon de 17 ans, est à Arcachon (33), lors du décès accidentel de son père Jean-Baptiste.

En 1891, il travaille dans le Rhône et y passe le conseil de révision. Il est dispensé de service militaire comme fils unique de veuve.

Il épouse Anne Amélie CASSUS le 2 février 1893 à Royère (contrat Toumieux).

En 1894, les époux sont à Lyon (69), 16, rue Villeroy ;

en 1897, 6, rue des Fossés de Trion, puis 39, chemin des Grandes Terres, 5e arrondissement ;

en 1898 et 1899, à Vénissieux (69), 24, route de Vienne;

en 1900, de nouveau à Lyon, 11, rue Moncey.

A partir de 1899, Hippolyte surveille, en qualité de contremaître, la construction de ►l’église du Saint-Sacrement (3e arrondissement de Lyon) pour l’entreprise DUMONT.

Il travaille également à la chapelle de ►l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu à Lyon , comme ►chef de chantier à l’École de Santé militaire devenue musée

En 1902, il fonde son ►entreprise de maçonnerie, à Ambérieu-en-Bugey (01).

Parmi ses nombreuses réalisations, on peut citer l’Hôtel des Postes, et l’Hôpital Hospice.

En 1906, il achète à sa veuve le fonds de commerce de Jules Lambert, entrepreneur décédé en janvier de la même année, que celui-ci exploitait à Priay (01). Cela comprend : clientèle et achalandage, agencements et objets mobiliers  (►p1 – ►p2 – ►p3 – ►p4 – ►p5 – ►p6 – ►p7) servant à l’exploitation et autres, toutes les marchandises ( ►p1 – ►p2 – ►p3 – ►p4)  existant, le tout pour le prix de 5 602 francs 50 centimes.

En 1914, il est adjudicataire pour la construction du camp militaire de La Valbonne (01). La mobilisation le privant des ouvriers habituels, il doit faire appel à des maçons creusois.

En 1926, le couple habite 32, rue de la Croze.

Hippolyte qui a gardé la propriété de famille se rend de temps en temps au Picq, ►son village natal.

Les époux décèdent à Ambérieu :

  • Amélie, le 20 janvier 1926, âgée de 55 ans
  • Hippolyte, le 8 mai 1965, âgé de 94 ans