2014 : Sortie découverte – sur les traces d’un maçon de La Rochette (23) et des mineurs de Lavaveix-les-Mines

Samedi 27 septembre 2014 : Sortie découverte – sur les traces d’un maçon de La Rochette (23) et des mineurs de Lavaveix-les-Mines (23)

Près de 70 adhérents de l’association des Maçons de la Creuse étaient accueillis au village de Lioreix, commune de Saint-Médard-La-Rochette, par Serge et Dominique Montagne. L’occasion de  conter l’histoire de Jean Theillard, maçon de la Creuse anonyme jusqu’à la découverte dans l’armoire familiale de son livre de comptes.

27sept 013     photo (lioreix

   Serge et Dominique Montagne, pendant l’exposé sur la vie de Jean Theillard

Jean Theillard est né en 1814 aux Essarts de Fransèches, puis il s’est marié en 1840 avec Anne Roudet de Lioreix commune de  La-Rochette où il s’est installé. Sa vie c’était celle du maçon migrant chaque printemps loin de la Creuse. De 1849 à 1855, il tient ses comptes dans un livre et ces pages  apprennent que pendant ces sept ans, il est allé maçonner au nord de la Bourgogne, aux confins de la Côte d’Or et de l’Yonne, vers Chatillon-sur-Seine et Ancy-le-Franc. C’était une destination traditionnelle des maçons creusois dès le XVIIe, avant même la construction du canal de Bourgogne et celle du chemin de fer qui expliquent les appels de main d’œuvre. En réalité les maçons effectuaient bien souvent des chantiers « ordinaires ». Ainsi Jean Theillard a-t-il réalisé « un mur de soutènement, l’haussement d’un pignon mitoyen ou une citerne ». Serge et Dominique Montagne, qui sont allés sur la zone de migration, ont eu la chance de trouver la mare de Vaugimois dans la commune de Villaines-en-Duesmois (21) dont la construction, décrite dans le livre de comptes, a été réalisée de janvier à août 1855 par Jean Theillard ; une mare avec un bahut et un cordon en pierres taillées, en parfait état.

Et oui, tous les maçons de la Creuse n’ont pas construit Vaux-le-Vicomte, Versailles, le Panthéon ou Notre-Dame de Fourvière ! Plus souvent ils ont fait de simples travaux de maçonnerie dans des villes ou villages où ils trouvaient à gagner leur vie ; le livre de comptes de Jean Theillard prouve cet aspect un peu méconnu mais essentiel pour comprendre l’histoire des maçons creusois.

Après l’exposé sur Jean Theillard, les participants ont pu visiter les bâtiments (maison, grange, étable, four) laissés par ce maçon et ses descendants, où sont rassemblés de vieux outils et des objets du quotidien.

Le groupe s’est ensuite rendu à la table d’orientation de Saint-Médard ; en présence de représentantes de la municipalité, ils ont pu admirer le paysage du bassin minier d’Ahun – Lavaveix – Fourneaux.

stmedard1 Autour de la table d’orientation à Saint-Médard

L’après-midi la visite du site minier, guidée par l’office de tourisme Creuse-Thaurion-Gartempe et des élus de Lavaveix-les-Mines, leur a permis de  découvrir les ateliers, la maison du directeur, les bureaux. Ils ont aussi vu  les corons qui rappellent qu’il y avait eu jusqu’à 2000 emplois qui ont produit plus de 2 millions de tonnes de charbon.

27sept 033 Pendant la visite du site minier de Lavaveix-les-Mines, les ateliers restaurés

Une journée très enrichissante conclue par la diffusion d’un film sur la vie des mineurs et  par un pot de l’amitié offert par la municipalité de Lavaveix. Le président de l’association, Roland Nicoux, a alors remis et chanté (accompagné de la « chorale » de l’association) « La Chanson des Maçons de la Creuse » ; cet hymne des maçons a été écrit par Jean Do Boueix du Puy-Malsignat qui était alors de la commune de St Médard ; il s’imposait donc au terme d’une journée dans le canton de Chénérailles !

Vous aimerez peut être aussi...